La communication non violente : un outil au service de tous les collaborateurs

La crise sanitaire a entraîné une transformation de la société. Les conséquences politiques, sociétales et économiques sont indéniables et elles annoncent des changements profonds auxquels les populations et les entreprises doivent s’adapter rapidement.
En entreprise, un nouveau rapport au travail et de nouveaux défis sont apparus. Le rôle des dirigeants et des responsables des ressources humaines est un élément clé pour répondre aux enjeux humains, de leadership et d’organisation. 

Et si une simple bonne communication au sein des entreprises était la solution à bien des maux ?
Des conflits anodins peuvent polluer notre quotidien, nuire à la cohésion des équipes et à leur moral. La bienveillance, le respect et la solidarité sont des valeurs connues de tous mais qui ont parfois tendance à s’oublier sitôt la porte du bureau franchie ou la réunion zoom démarrée.

La communication non violente (CNV) est un outil qui permet d’instaurer des relations fondées sur une coopération harmonieuse, sur le respect de soi et des autres. Elle permet d’éviter les situations de conflits et de communiquer avec davantage d’authenticité pour améliorer les relations et développer le plaisir d’échanger et de coopérer entre collaborateurs.
La façon dont nous nous exprimons n’est pas anodine. Il est important pour tout à chacun de pouvoir exprimer ses besoins et écouter ceux des autres sans porter de jugement, sans hausser le ton et sans blesser. Nous pouvons tous communiquer avec bienveillance, empathie et en pratiquant l’écoute active. Le but est de trouver des solutions ensemble afin d’améliorer la situation pour tous.

Les 4 règles d’or de la communication non violente :

  • Observation : Observez les faits de la manière la plus objective possible.
  • Sentiment : Prenez conscience du sentiment que cela a créé chez vous et partagez les
  • Besoin : Exprimez vos besoins, vos valeurs ou vos peurs liés à la situation. Votre interlocuteur sera en mesure de les entendre.
  • Demande : Formulez-la de façon ouverte et positive, sans exigence

Par exemple : Quand je t’ai transmis le dossier tu ne m’as pas remercié, j’ai été contrarié et j’ai besoin que tu reconnaisses les efforts que je fournis. Je te demande d’être un peu plus attentif aux retours que tu peux me faire sur mon travail.

La personne en face de vous vous écoutera et pourra alors exprimer ce qu’il a compris ainsi que ses propres attentes selon la même méthode. 

Replacer les besoins de ses collaborateurs et faire preuve d’écoute et de compréhension est un bon levier pour avancer vers un monde plus Care.

La communication non violente : un outil au service de tous les collaborateurs

Vous voulez partagez cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

Découvrir

Vous voulez mettre le care au coeur ?

Nous somme à votre écoute

équipe-ititoca-contact
Retour en haut